Éloge de la mousse

On ne peut qu’admirer cette ingénieuse forêt miniature, capable de suspendre son peuplement pour mieux renaître à la faveur d’une petite pluie…

À la fois délicate et robuste, cette vieille dame millénaire habille de velours arbres, cailloux, façades.

Infiniment sensuel, son tapis moelleux invite au toucher et déploie un subtil camaïeu de verts nuancés.

Anna Garforth utilise de la mousse végétale pour créer de surprenants graffitis et installations et nous offre un détournement poétique et respectueux de cette matière.

Anna Garforth, The Big Bang

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s